Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François GERVAIS

Ouverte le 26 avril, la Conférence de Genève rassemble les représentants de 19 puissances, dont la France, les Etats-Unis, l'Angleterre, l'URSS, la Chine, la Corée et le Viêt-Nam. Elle se clôt le 21 Juillet 1954, avec la signature d'accords mettant un terme à la guerre d'Indochine. Outre le cessez-le-feu au Viêt-Nam adopté sous l'impulsion de Pierre Mendes France, ces accords divisent le pays en deux Etats, avec une frontière fixée sur le 17e parallèle. Par ailleurs, ils reconnaissent l'indépendance du Laos et du Cambodge.

Depuis 2005, le 8 juin est commémoré en France et au Mémorial de Fréjus, ainsi que dans d'autres villes de France, l'anniversaire de la fin de la guerre d'Indochine marquée par la chute de la dure bataille de Dien-Bien-Phû. Cette guerre qui dura neuf années pendant lesquelles 100 000 soldats de l'Armée française payèrent de leur vie la défense des libertés que voulait le peuple indochinois.

A Dien-Bien-Phû, le 7 mai 1954 après 57 jours de violents combats, et la résistance acharnée, sans possibilité de ravitaillement en munitions, ni de renfort en hommes et matériels (la piste d'atterrissage devenue impraticable), les combattants des derniers points d'appuis du camp retranché, tombèrent les uns après les autres, submergés par le déferlement des divisions Viêt-Minh.

A Paris, le premier ministre du gouvernement de l'époque, M. Laniel, interrompit la session à l'Assemblée Nationale pour avertir les députés de la chute de Dien-Bien-Phû; à part quelques exceptions, tous les députés se levèrent pour rendre hommage aux morts, et à ces derniers combattants qui firent preuve d'une abnégation totale, et d'un courage exceptionnel. Ce fut le seul hommage qui fut rendu aux combattants d'Indochine.

Cette dernière bataille provoqua la fin des hostilités et les rescapés de cette fournaise, boueux, harassés, hagards, ne comprirent plus ce qui leur arrivait. Ils sont morts au combat ou dans les camps de prisonniers vietminh. Pendant cette guerre, et en dehors de la bataille de Dien-Bien-Phû, dans toute l'Indochine, le Corps expéditionnaire français fit preuve d'actes d'héroïsme et de courage quotidien, dans l'idifférence générale en France.

D'année en année, ce conflit est tombé dans l'oubli. Il fut occulté, souvent dénigré. Pas un livre d'histoire ne parle de cette guerre. Il serait bon que les jeunes d'aujourd'hui, sachent que le guerre du Vietnam, ne concerne pas que les Américains. Cette guerre concerne aussi l'Armée française en Indochine, qui avec un effectif en hommes bien inférieur, sur un territoire deux foix supérieur, se sont battus sur cette même terre d'Indochine avant eux, et pour la même cause: la défense des libertés, de la paix, et pour la grandeur de la France.

A part quelques rares exceptions en France, aucune sépulture n'existe dans les cimetières communaux. Tous ces morts ou presque ont été inhumés à l'endroit où ils sont tombés. En 1986, après un accord entre le Vietnam et la France, 27 239 corps ont été rapatriés dans la Nécropole de Fréjus, dans cette ville ancrée dans l'histoire de l'Indochine, où venaient s'entrainer les soldats avant de partir pour ce lointain pays, dont beaucoup n'ont pu revenir.

Les survivants de cette guerre s'amenuisent au fil des années, et d'ici peu ce conflit, et ces morts pour la France seront oubliés définitivement. Rendons hommage à tous ces jeunes hommes, tombés au combat et qui ont servi la France, sans jamais se plaindre ni rien demander.
Claude Corniquet/VDC 2008.


 

Commenter cet article

Chaput Michel 03/07/2008 16:32

Merci François pour se magnifique blog, je m'investi pour le recommander à toutes les personnes que je connais.
déclaration de l'ARAC du 14 juin 2008.
le 20 juillet 1954 les accords de Genève mettaient fin à la guerre d'Indochine.
Au cours de cette guerre périrent plusieurs centaines de milliers d'indochinois. La Marine Nationale et le corps expédition,aire Français composés de militaires venus de la métropole et des colonies Française comptèrent des dizaines de milliers de morts ou disparus et près de cent mille blessés.
Comme Henri Martin le fit avec courage dans ces années, nous ne pouvons aujourd'hui laisser retomber un rideau d'oubli ou d'indiférence sur l'ensemble de ces victimes.
A la fin de la guerre de 1945, alors que nous fétions la liberté et la paix retrouvées, les peuples colonisés qui avaient chèrement contribué à la victoire du monde libre, aspiraient à sortir du carcan colonial.
Au Vietnam, tout particulièrement, les forces qui avaient combattu l'occupant japonais créaient, le 2 septembre 1945, la République Démocratique du Vietnam.
La France représentée par le commissaire de la République Jean Sainteny et le Général Leclerc de Hauteclocque était en négosiation.
Mais, le 23 novembre 1946, le bombardement du port d'Haiphong par la marine Française sous les ordres de Thierry d'Argenlieu mettait fin à tout espoir de négosiation.
L'insurrection controlée par le Viêt-minh éclatait en force le mois suivant.
Malgré un renfort permanent de troupes, après 8 années de combats sanglants l'armée colonial était défaite en mai 1954 à Diên Biên Phu.
Pendant trois mois, les nations concernées se rencontrèrent, et le 20 juillet 1954 les accords mettant fin à cette guerre d'Indochine étaient signés.
Le Vietnam obtenait son indépendance mais était séparé en deux états le Viêt nam du nord et le viêtnam du sud.
Les peuples du Sud Est asiatique et les pacifistes pouvaient espérer que ces accords de Genève ouvriraient la route à une longue période de paix.
Or les Etats Unis n'avaient pas ratifié ces accords ; ils préférèrent soutenir politiquement et militairement les gouvernements corrompus du Sud Viêt Nam; ils entraient directement à leur tour, en 1964 dans cette térible "guerre du Vietnam" qui ne devait s'achever qu'en 1975 par la chute de Saigon marquant définitivement la défaite et le retrait des troupes américaines.
Ces centaines de milliers de victimes nous intepellent aujoud'hui,
Nos dirigeants vont-ils retenir les leçons de l'histoire ?
C'est l'anniversaire de la fin des guerres : le cessez-le-feu, les accords de Paix qui devraient être retenus comme date officielle de chaque commémoration.
Comment ne pas s'inquiéter lorsque nous constatons que la loi colonialiste du 23 février 2005 n'a toujours pas été abrogée et lorsque nous constatons au coeur de l'Europe, y compris en France, une banalisation des idées néo-coloniales et xénophobes.
Le combat pour la Paix, le combat pour la Vie deviennent plus qu jamais indispensables dans un monde qui voit se multiplier les dépenses d'armements conventionnels et nucléaires pendant que se développent la précarité, la misère, la faim.
Notre culture est encore présente dans les pays de l'ancienne Indochine, notamment au Viêt Nam, l'amitié et la coopérationdoivent aujourd'hui s'y développer.
Un des symboles de cette paix demeure, pour nous, le village de l'amitié à Van Canh ou se retrouvent ensemble Vietnamiens, Américains, Allemands, Japonais, Canadiens et nous-mêmes Français avec l'ARAC.
Ensemble nous essayons de réparer les ravages crées par la dioxine, l'agent orange utilisé par l'armée amérticaine pendant la guerre du Vietnam.
Fidèle à son travail de mémoire, c'est dans cet esprit qu l'ARAC célèbre l'anniversaire du 20 juillet 1954.
je serais présent le 20 juillet à l'Arc de Triomphe à 18 heures pour le ravivage de la Framme.
je s'ouhaite à toutes et à tous de très bonnes vacances.
Michel Chaput

03/07/2008 22:19


Merci mon Cher Michel pour tes encouragements. Pour ce qui est du 20 juillet que tu me soumets, je ne sais que penser de cette date. En effet, sur divers sites les dates des 20 et 21 juillet sont
reconnues comme étant celles "officielles" à retenir des Accords de Genève. Je te recommande de cliquer sur le lien ci-dessous pour essayer d'éclairer notre lanterne. Nous en discuterons à ton
retour. En tous cas, je te souhaite de bonnes et reposantes vacances, et espère te retrouver en pleine forme dans le courant du mois d'août. Sincères amitiés. François.

http://www.ena.lu/conference_geneve_20_21_juillet_1954-010703174.html