Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le film Face à la mort
est né du livre publié par l'ANAPI, Les soldats perdus, du talent de la réalisatrice Marcela Feraru et de l'équipe de l'ECPAD. Cette volonté d'informer, ce remarquable savoir faire ont produit une oeuvre construite et boulversante.

Le choix et la qualité des images. Des calcaires noirs du Delta du Fleuve Rouge, aux pistes qui s'enfoncent comme des tunnels sous les arbres géants de la forêt préhistorique. De la violence des combats frontaux dans les rizières aux affrontements sporadiques de la guérilla. La douceur des paysages d'Annan avec leurs plages blanches qui s'étirent le long de la mer, et la beauté onduleuse et fragile des filles du Mékong.

Et soudain, le malheur des armes. Dien Bien Phu. Les soldats d'élite qui avaient failli faire basculer le sort de la guerre, qui avaient étonné le monde par la force de leur courage désespéré, avaient enfoncé leurs fusils dans la boue, fait sauter leurs canons et cessé le feu.

Avant d'entrer en longs convois de misère dans l'ombre étouffante d'une jungle opaque et meurtrière... à la rencontre de tortionnaires opérateurs d'une nouvelle technique de <<retournement des cerveaux>>, technique lancinante, oppressive, impitoyable, ponctuée de brutalités, de privations, avec l'obstination implacable d'anéantir tout ce qui rattache un homme à ses racines, à son identité, pour le briser et le détacher de son groupe. Les soldats, les caporaux, les sergents, regroupés mais séparés de leurs officiers, mourront plus vite et en plus grand nombre.

Sur ces évènements, oubliés des chroniqueurs et des gouvernants frappés d'amnésie, le film Face à la mort apporte un récit qui les raccorde à l'origine de la guerre, des images qui en situent le cadre et les témoignages des survivants restés trop longtemps silencieux. Avec la pudeur et la tristesse de combattants sans reproche, remplis de courage, humiliés pourtant au plus profond d'eux-mêmes, marqués à vie par un ennemi inhumain et d'un dogmatisme proche de la démence. Blessés d'avoir survécu à cet enfer. Escortés par leurs milliers de camarades morts dans les plus affreuses conditions. Abandonnés aux bêtes dans la forêt vierge, jetés au fond d'une mare ou d'une rivière, dans des lieux où personne ne retrouvera leur sépulture.

Face à la mort
remplit un devoir de mémoire, lave les prisonniers de l'opprobe injustifiée qui pesait sur eux, ces soldats perdus dont nous avons oublié les visages et les noms. Leurs frères d'armes qui parlent dans ce film font revivre la terrible aventure, avec respect, comme on rentre en prière face à Dieu.

P. DT.

Face à la mort. Réalisé par l'ECPAD avec la collaboration de l'ANAPI (Association Nationale des Anciens Prisonniers, Internés et Déportés d'Indochine) 90 mn / NB et couleurs / 15 avenue de la Motte-Picquet / 75007 Paris
Site web de l'ANAPI: link

Commenter cet article

Laurence 26/08/2011 09:41


Un très beau documentaire, dur, émouvant à propos d'un moment d'Histoire épouvantable et oublié. L'état français a trahi ses propres hommes, moins de 10% sont revenus de l'enfer de ces camps viets.