Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



18 juillet 1944: Philipp von Boeselager, jeune officier de cavalerie de 27 ans, prend la tête de 1 200 cavaliers de la Wehrmacht retirés en toute hâte d'un front russe en pleine décomposition. Leur objectif opérationnel, connu du seul Philipp: occuper les lieux de pouvoir du Reich dans la capitale après l'attentat que doit exécuter le colonel Claus von Stauffenberg.

Philipp von Boeselager est aujourd'hui le dernier survivant des conjurés du 20 juillet 1944...

Elevé dans une famille aristocratique traditionelle de Rhénanie où la liberté de jugement et le sens des responsabilités étaient la pierre angulaire de l'éducation, il s'est mis sur le chemin de la désobéissance, puis de la résistance  -haute trahison pour les Allemands d'alors.

Non sans hésitation: << Il y a sans doute dans mon itinéraire personnel une part d'inévitable et de prédestination. Rétrospectivement, mon engagement peut sembler obéir à un enchaînement logique, mais je dois reconnaître qu'il dépendit beaucoup de circonstances fortuites. Si je n'avais été blessé en décembre 1941, si je n'avais été affecté à l'état-major du maréchal von Kluge, si je n'avais rencontré l'exceptionnelle personnalité de Henning von Tresckow, si je n'avais pris surtout l'habitude de lui confier certaines de mes pensées, jamais je ne serai sorti de ma réserve; j'en serais resté à des scrupules intimes et des déchirements intérieurs sans solution >>.

 

Entamer ce cheminement intellectuel et moral, c'était entreprendre un pèlerinage sans destination certaine. C'était déjà trahir. Certes, Hitler avait mainte et mainte fois manqué à sa parole, sacrifié des dizaines de milliers de vies à ses caprices diaboliques. Il n'en reste pas moins que pour un militaire, dont l'exigence est l'obéissance, l'aventure n'allait pas de soi.

Philipp von Boeselager raconte son itinéraire, notamment en France, puis en Union Soviétique. Son témoignage jette une lumière crue sur l'aventure et la déroute de la Wehrmacht en Russie.

Nous voulions tuer Hitler: de Philipp "Freiherr" von Boeselager.
Editions Perrin / 196 pages

VDC / octobre 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article