Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais


La Commission de réflexion sur la modernisation des commémorations publiques, présidée par l'historien André Kaspi, a formulé dans son rapport des axes de réflexion pour tenter d'inverser une tendance paradoxale à la <<désaffection>> et à <<l'inflation commémorative>>. Premier constat: il y a trop de commémorations: <<Il n'est pas sain que leur nombre ait doublé depuis 1999 pour atteindre douze aujourd'hui>>. Le rapport estime <<pas admissible que la nation cède aux intérêts communautaires>> et que l'on multiplie les journées de repentance au risque <<d'affaiblir la conscience nationale>> Phénomène qui entraîne une large désaffection et incompréhension...

Le rapport Kaspi préconise pour <<combattre cette inflation commémorative, même si cela coûte quelques voix aux candidats à des fonctions électives>>, de ramener les commémorations nationales à trois dates: le 11 Novembre pour commémorer les morts du passé et du présent, le 8 Mai pour rappeler la victoire sur le nazisme et la barbarie, enfin le 14 Juillet qui exalte les valeurs de la Révolution française. Elle suggère cependant une <<révolution lente>>.

La commission réfute par ailleurs la <<rumeur sans fondement>> qui lui prêtait l'intention de faire du 11 Novembre un <<Mémorial Day>> à la française, sur le modèle américain de commémoration unique. Quid de la décentralisation des commémorations ? Les autres dates deviendraient des commémorations locales, régionales voire privées. Il faut aussi inventer de nouvelles formes de commémoration. Le rapport préconise de porter, par exemple, l'effort sur le tourisme de mémoire.

Afin de prendre connaissance du rapport qui a été présenté au Secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, M. Jean-Marie Bockel, nous vous proposons de consulter ou de télécharger le document dans son intégralité, en suivant ce lien.
http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20081112/1117543_rapportkaspi.pdf

Commenter cet article