Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

[...]
Ne pleurez donc pas sur les horreurs de la guerre.
Avant elle nous n'avions que la surface
De la terre et des mers.
Après nous aurons les abîmes,
Le sous-sol et l'espace aviatique.
[...]
"GUERRE"
Guillaume Apollinaire

On a parlé d'une génération perdue. Edgard Malfère, dans son <<Anthologie des écrivains morts à la guerre>>, parue en 1924, comptera 403 hommes de lettres français disparus lors des combats. L'Américain Tim Cross, auteur de <<The Lost Voices of World War I>>, recense quant à lui 750 noms...

Parmi les victimes, du côté des écrivains français, Charles Péguy, mort d'une balle en plein front, un mois après le début des combats, Alain Fournier, l'auteur du "Grand Meaulnes", Louis Pergaud, l'instituteur écrivain de "La guerre des boutons", Guillaume Apollinaire (trépané, sauvé mais victime de la fièvre espagnole en 1918).

Chez les Anglais sont inscrits au War Memorial Wilfred Owen, l'un des frands poètes britanniques du XXe siècle dont de nombreux textes ont été mis en musique par Benjamin Britten, Isaac Rosenberg et Rupert Brooke.

Chez les Allemands, Ernst Wilhelm Lotz, Ernst Stadler, traducteur de Péguy... Les peintres aussi paient leur tribut. Morts, le cubiste français Henri Gaudier-Brzeska, l'Italien Umberto Boccioni, l'un des chefs de file du futurisme, mais aussi les Allemands August Macke, fauché dès 1914, et Franz Marc, l'auteur du <<Petit chevel bleu>>, l'une des oeuvres fondatrices de l'expressionnisme, l'école du désespoir...

Anonyme
Le Point 14-18: il y a 90 ans la Grande Guerre commençait / n°1661 - 07-04

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article