Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais


Opérations spéciales:
20 ans de guerre secrètes
par le colonel Sassi*

C'était l'élite de l'élite. En 1943, le Commandement suprême interallié recrute des volontaires parachutistes, britanniques, américains et français, pour l'épisode le moins connu de la Seconde Guerre mondiale: l'Opération Jedburgh.

Triés sur le volet, formés à toutes les techniques de la guerre non conventionnelle, ces 300 commandos Jedburghs, précurseurs des forces spéciales contemporaines, sont parachutés par équipes de trois sur l'Europe occupée en été 1944.

Parmi eux, Jean Sassi, un jeune Corse, déjà vétéran de la campagne de France et des Corps francs d'Afrique. Un engagement qui va le conduire des maquis du Vercors aux jungles du Laos, contre les Allemands, puis contre les Japonais.

Officier instructeur du 11e Choc, il sera envoyé en Indochine pour commander les Hmongs du Laos, guérilleros anti-Viêt-Minh et pro-français, au sein du GCMA (Groupement de Commandos Mixtes Aéroportés). Avec eux, il tentera en vain de sauver Diên Biên Phu, contre l'avis de l'état-major, qui se méfie de ce seigneur de la guerre, trop pur, trop dur.

Après l'Indochine, ce sera l'Algérie, où l'attendent d'autres déceptions, d'autres trahisons. Pendant des années, cet homme de l'ombre choisit de se taire, fidèle à la loi du silence des Jedburghs. Quelques mois avant sa mort, il décide finalement de raconter l'extraordinaire aventure que fut sa vie.

Pour ses camarades tombés là-bas, dans les maquis alpins, dans les sables du bled, dans les forêts d'Asie. Et pour les Hmongs qui poursuivent leur combat anticommuniste au Laos, oubliés de tous.

Opérations spéciales: 20 ans de guerres secrètes. Colonel Jean Sassi. Editions Nimrod, 56 rue de la Verrerie, 75004 Paris.350 pages. Site internet: www.nimrod.fr

Les 1000 villages de Delouvrier: La création de 1000 villages, en Algérie, pour contribuer au progrès de la population musulmane et la soustraire à la propagande du FLN...
par le général Faivre*

Dans le cadre de la politique de pacification conduite en Algérie, le regroupement des populations musulmanes est organisé par Paul Delouvrier, le délégué général du gouvernement, à partir de 1959.

La création de 1000 villages est destinée à contribuer au progrès social et économique de la population algérienne, à la soustraire à la propagande et au terrorisme FLN. Elle permet aussi de créer des zones inhabitées où il devient possible de pourchasser les bandes rebelles sans crainte de dommages collatéraux.

Plus de deux millions de personnes ont été ainsi déplacées et mises en sécurité. Certains de ces villages ont été construits à la hâte et se sont révélés non viables. Tous ont fait l'objet de vives critiques de la part du FLN qui constatait que la population échappait à son enprise, et de la part des humanitaires opposés au déracinement des populations. La grande majorité des officiers SAS qui ont géré ces regroupements considèrent que leur action fut positive, d'autant plus que le dégroupement planifié en 1961 a été un échec.

La plupart des "déracinés" en effet n'ont pas regagné leurs gourbis dans la montagne. Considérés par le FLN comme des <<villages socialistes>>, beaucoup ont donné naissance à de petites cités urbaines. En même temps, ils ont modifié le mode de vie et la mentalité des ruraux. Avancée vers la modernité ? Certains experts en sont persuadés...

Les 1000 villages de Delouvrier. Général Maurice Faivre.L'Esprit du Livre Editions, 22A, rue Jacques Rivière, 92330 Sceaux. Site internet: www.espritdulivre-editions.com



* Né en 1917, le colonel Jean Sassi était commandeur de la Légion d'Honneur, décoré de treize titres de guerre, dont cinq étrangers. Ex-commando des Jedburghs et de la Force 136 en Extrême-Orient, président honoraire de l'Association nationale des anciens du 11e Choc, chef de maquis autochtones en Indochine, le colonel Sassi était un spécialiste incontesté de la guerre contre-révolutionnaire. Avant sa mort, il s'est confié à Jean-Louis Tremblais, grand reporter au Figaro Magazine.

* Capitaine pendant cinq ans de guerre d'Algérie, Maurice Faivre a commandé deux escadrons, une harka et trois autodéfenses, avant de servir au 2e Bureau du commandant en chef. Il a complété cette expérience du terrain par des recherches approfondies dans des archives inédites. Il est l'auteur de dix livres historiques et de dizaines d'articles dans des revues spécialisées. Docteur en science politique, il est vice-président de la Commission française d'histoire militaire et membre de l'Académie des sciences d'outre-mer.

LVDC n° 1745 / 06-09

Commenter cet article