Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

04-15 Ft Queleu Bunker A 2

Erigé à la fin du XIXe siècle près de Metz, le Fort de Queuleu fut transformé par les nazis, en 1943, en camp d'internement. Un musée rappelle aujourd'hui, ces heures tragiques de l'histoire.

 

F-Queuleu1Le Fort de Queuleu faisait partie de la première ceinture fortifiée commencée sous le Second Empire afin de protéger Metz. Un décret impérial du 9 novembre 1867 déclare d'utilité publique l'acquisition des terrains pour l'édification des forts à Saint-Quentin, Saint-Julien, Queuleu, Saint-Privat... La construction débute l'année suivante.

A l'entrée en guerre en 1870, le Fort de Queuleu n'existe encore qu'à l'état d'ébauche. Il est terminé entre 1872 et 1875 par les Allemands qui lui donnent le nom de "Feste Goeben", du nom d'un général allemand qui s'était distingué au cours des combats, notamment lors de l'attaque des hauteurs de Spicheren.

C'est à partir du mois d'octobre 1943 que les nazis internent des résistants et des otages (âgés de 18 à 70 ans) dans la casemate "A" du Fort de Queuleu, qui devient alors un camp où sont pratiqués des interrogatoires. Une fois cette période achevée, les détenus sont transférés vers les camps de Schirmeck pour les femmes, et du Struthof, pour les hommes. Le Fort de Queuleu fonctionne ainsi 10 mois avant d'être évacué le 17 août 1944.

Selon le SS Anton Dunckem, << les arrestations de communistes se sont multipliées et, en raison de l'organisation de leurs troupes, il devint nécessaire, pour faciliter les enquêtes, de les regrouper dans une prison spéciale; c'est la raison pour laquelle, à la demande de Schmidt, chef de la Gestapo de Metz, et avec l'avis de Gauleiter, j'ai demandé à l'autorité militaire de mettre à notre disposition le Fort de Queuleu. Le personnel de surveillance de ce camp fut fourni par une unité de Waffen SS de Metz >>.

Les prisons étant pleines, le général commandant la place de Metz met la casemate "A" du Fort à la disposition de la Gestapo, afin de rassembler, dans l'attente d'un procès, tous les résistants arrêtés. Les premiers détenus arrivent à Queuleu le 12 octobre 1943. Jusqu'à son évacuation, 1 800 hommes et femmes y sont internés. 36 prisonniers meurent dans d'atroces circonstances, battues à mort; environ 400 ne reviendront pas de déportation.

porteDepuis leur arrestation jusqu'à leur transfert vers les camps de concentration, les détenus ont pendant leur séjour à Queuleu les yeux bandés, les pieds et les maiens liés. Dès leur arrivée, ils perdent leur identité qui est remplacée par un numéro.

Au Fort Queuleu, chaque jour est identique. Debout vers 6 heures, le détenu doit immédiatement s'asseoir sur un banc. Toute la journée, il demeure immobile, les mains sur les genoux, la tête tournée vers la porte afin que le SS de garde puisse contrôler qu'il n'y a aucun échange de paroles; il est interdit de bouger, de s'appuyer contre le mur. Le prisonnier reste dans cette position durant des semaines et pour certains des mois. Le non respect des consignes est immédiatement sanctionné par des coups de crosses, ou des sévices corporels...

Deux ou trois fois par jour, selon l'humeur du commandant, une nourriture liquide est servie dans des bols que les détenus se passent de main en main. Les conditions d'hygiène sont épouvantables, les détenus ne pouvant se laver qu'une fois, à leur arrivée et quelle que soit la durée de leur détention. Matin et soir, à heure fixe, ils doivent se rendre sur la lessiveuse commune de la cellule qui sert de WC. Les paillasses ne sont jamais changées; les puces et les poux y prolifèrent aggravant la situation des prisonniers auxquels on interdit, de surcroit, de se gratter.

Le silence dans les cellules est total, seulement troublé quand un agent de la Gestapo vient chercher des détenus pour les interrogatoires, ou quand des cris et des bousculades venant du couloir signalent l'arrivée de nouveaux détenus. Vers 21 heures, tous doivent regagner leur châlit, la tête tournée vers la porte, immobiles toute la nuit dans cette position.

mémorialL'officier SS Georg Hempen règne en sadique sur cette casemate. Il est secondé par une équipe de 24 jeunes SS de 18 à 20 ans. L'entretien de la casemate est assuré par quelques détenus affectés selon leur profession (électricien, menuisier, serrurier...) à diverses tâches, et les corvées intérieures de la casemate incombent à de jeunes détenus appartenant au << Straf-Kommando >> qui sont à disposition de 4 h du matin à minuit. C'est au cours de l'une de ces corvées (transport des lessiveuses WC des cellules vers les latrines) que quatre détenus réussissent, le 19 avril 1944, à s'évader par une cheminée d'aération. Cet exploit est resté unique.

Le 17 août 1944, devant l'avancée des troupes américaines, le fort est évacué. La majorité des détenus est transférée à Schirmeck et au Struthof et quelques-uns au camp tout proche de Woippy. Le commandant Hempen n'est retrouvé qu'en 1960. Jugé à partir de 1963 lors de procès successifs, le bourreau de Queuleu ne serâ pas condamné.

En 1971, les anciens déportés du Fort de Queuleu se regroupent au sein d'una amicale. Ils élèvent un Mémorial inauguré le 20 novembre 1977. Dans la crypte, sont conservées les cendres des martyrs de camps de concentration.

La visite du Fort permet de voir les salles d'interrogatoire, les dortoirs, les cellules... ainsi qu'un musée présentant des documents et notamment une liste, non exhaustive, des internés. Une plaque commémore le non des 36 martyrs morts dans le cul de basse-fosse du Fort.

 

Les Chemins de la Mémoire / n° 145 / 12-04

 

Amicale des Anciens déportés du Fort de Queuleu et leurs familles.

ONAC, cité administrative, 1 rue du Chanoine Collin. 57036 METZ CEDEX.

Tél: 03.87.34.78.94.

Visites gratuites le 1er dimanche du mois, d'avril à octobre. (Le reste de l'année sur rendez-vous).

 

Nous vous recommandons de visiter le site dédié au Fort Queuleu, en cliquant sur le lien ci-dessous. De nombreuses images de qualité, illustrent la mémoire et le recueillement de ce lieu de souffrance.

http://capmetz57.over-blog.com/article-metz---promenade-dans-le-fort-de-queuleu----37325218.html

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article