Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

Ministere PTT 424 GF

La forte dimension humaine et sociale des activités postales a rarement été si forte que lors de ces années d'occupation. En effet, aucune administration, allemande ou française, ne pouvait se targuer comme les PTT, troisième corps de l'Etat avec 180 000 agents, d'être continuellement en contact avec la population. Aussi, le contrôle de l'administration postale et de ses employés, fut d'une importance stratégique, tant pour les autorités d'occupation, que pour les réseaux de la Résistance.

 

Evolution Logo PTT (1933)LES PTT EN RESISTANCE.

La Résistance aux PTT, a été moins étudiée que celle dans les chemins de fer, où les actions pouvaient peut-être apparaître plus spectaculaires (sabotage de voies, déraillement de convois). Et pourtant, le corps des agents des PTT a eu un rôle important facilité par la nature même de leur métier:

- Ils étaient susceptibles de se déplacer partout sans paraître suspects eu égard à leurs fonctions.

- Ils exerçaient un métier dont la nature pouvait permettre de précieuses actions pour la Résistance.

Les actes de résistance ont aussi bien pris forme sur des initiatives individuelles de postiers membres de réseaux résistants ou non, ou bien au sein d'organismes clandestins internes aux PTT.

 

Les "Télécommunicants" et les Postiers.img-231657mh1r5

Au sein des PTT, les actions de résistance des télécommunicants apparaissent comme les plus évidentes, les plus visibles, donc considérées comme les plus efficaces:

- sabotage de lignes ou de centraux.

- écoutes téléphoniques (l'épisode célèbre de "la source K", écoute des transmissions allemandes sur les lignes téléphoniques entre Paris-Strasbourg-Berlin et Paris-Metz, grâce à l'action de l'ingénieur Robert Keller).

- constitution de stocks clandestins de cuivre et de plomb.

- passage de personnes ou de courriers clandestins grâce aux wagons des "ambulants".

 

Celles des postiers (facteurs) ont certes paru davantage dans l'ombre, mais se sont révélées très précieuses:

- détournement ou destruction des courriers de dénonciation et des convocations pour le Service du Travail Obligatoire (STO).

- envoi au rebut des journaux de collaboration et diffusion de tracts et journaux clandestins de la Résistance.

- service postal clandestin pour que les maquisards puissent communiquer.

- renseignements à la Résistance et prévention des arrestations de Résistants.

- en Franche-Comté sous l'occupation, les postiers sont aux côtés des cheminots pour jouer le rôle de plaques tournants orientant les fugitifs vers les passeurs professionnels et vers les paysans pour l'hébergement.

- cache temporaire (juifs, fuyards, Résistants ou de matériels divers) dans les bureaux.

- à Saint-Lô (Manche) après le Débarquement, les postiers (notamment des facteurs), connaissant bien les chemins locaux, guident les troupes alliées à travers le bocage lors de la "Bataille des haies".

 

milice pttLes réseaux.

La constitution d'un réseau ne pouvant s'opérer que par cercles successifs en prenant contact avec des personnes de confiance, cette démarche, qui avait pour but de se donner les moyens de l'action, interfère évidemment avec une certaine représentation de l'organisation. Deux réseaux majeurs se constituent.

- c'est au cours de l'année 1941 que se constituent probablement le réseau "Action-PTT", qui deviendra par la suite "Résistance-PTT". L'ambition des fondateurs était de monter un réseau de renseignements et de transmissions s'appuyant sur la compétence technique des postiers et des techniciens des télécommunications. Ce qui frappe à la lecture de l'organigramme adopté par les fondateurs de "Résistance-PTT", c'est qu'il reproduit parfaitement l'organisation administrative.

- l'autre réseau, "Libération Nationale-PTT", sigle qui n'apparaîtra qu'en août 1944, s'est construit sur la base de relations syndicales et politiques avec le parti communiste. Les membres de cette organisation avaient été naturellement conduits à l'opposition clandestine par une série d'interdictions et de contrôles exercés dès 1939. Des directions opérationnelles sont mises en place, les unes calquées sur l'organisation administrative, telle la Direction des services techniques ou la Direction des services de distribution de Paris et d'Île-de-France. D'autres, répondent aux nécessités de l'action dans la perspective des journées insurrectionnelles et sont des organisations autonomes liées à l'activité militante. L'ensemble de la France est couvert par dix-huit régions ayant chacune à sa tête un chef régional qui contrôle plusieurs départements et dispose de ses propres services de liaison.

 

Fin de la première partie. A suivre: Les Postiers et la Libération de Paris.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article