Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

btv1b6932588c

Lorsque la guerre éclate en 1914, le directeur d'un laboratoire de l'Institut du radium de Paris, Claudius Regaud, part organiser un centre médical militaire novateur, tandis que Marie Curie équipe des véhicules pour radiographier les blessés.

 

marie-curiePendant la Première Guerre mondiale, Marie Curie déploie une grande énergie dans l'organisation du premier service de radiologie mobile, avec l'appui du Service des armées.

Directrice du laboratoire de physique de l'Institut du radium, déserté pour cause de mobilisation générale, elle réquisitionne dans les laboratoires parisiens des appareils à rayons X et en équipe une vingtaine de véhicules légers, les "Petites Curie", cédés par des familles fortunées.

Avec sa fille Irène, elle prend en charge l'enseignement et la formation pratique des équipes radiologiques, quasi exclusivement féminines, et organise des expéditions sur le front pour aider les médecins à localiser les projectiles dans le corps des blessés.

La radiographie est une toute jeune technique d'imagerie médicale; elle nécessite des connaissances en physique et, à cette époque, les chirurgiens ne sont pas toujours convaincus de son intérêt pour l'extraction des corps étrangers.

En raison de son jeune âge et sans doute également parce qu'elle est une femme, Irène Curie rencontre des difficultés à faire accepter l'intérêt de ce nouveau procédé. Mais les résultats sont là: dans un courrier à sa mère en juillet 1916, alors qu'elle s'apprête à fêter ses 19 ans, elle écrit: << M. Alexandre a raté un petit éclat d'obus qui logeait dans les gros muscles d'une épaule, et cela malgré une localisation. Il a fait transporter en hâte le blessé endormi à la radiographie et il a trouvé l'éclat. Il en a aussitôt déduit qu'il n'y a de salut que dans les opérations sous les rayons >>.

De son côté, en 1916, le médecin-biologiste Claudius Regaud crée le Groupement de services chirurgicaux et scientifiques, à Bouleuse (Marne). Conçue au départ comme une simple association de services chirurgicaux et de laboratoires, son organisation préfigure celle des centres anticancéreux, soulignant la volonté de ce pionnier de la cancérologie moderne d'associer recherche scientifique et pratique médicale dans un même lieu. Civils, militaires, chirurgiens, radiologues et biologistes y cohabitent et collaborent dans un but commun: les soins aux blessés.

Le temps est pris pour former ces spécialistes au progrès les plus récents des pratiques médicales, indispensables en temps de guerre, comme la radiolocalisation des projectiles, le diagnostic et le traitement des fractures, les infections et intoxications par les gaz de combat et même la psychiatrie. Lors de sa visite à Bouleuse en 1918, un colonel américain se montre très impressionné par cette structure unique en son genre.

De ces expériences de guerre, Marie Curie et Claudius Regaud, les deux directeurs de l'Institut du radium, tireront de nombreux enseignements qui s'avéreront très utiles pour faire de l'Institut Curie le berceau de la cancérologie mondiale, grâce à l'alliance d'une << science humaniste et d'une médecine scientifique >>.

 

Renaud Huynh (Musée Curie)

 

Le Musée Curie.

Ouvert au public en 1992, le musée Curie est installé dans un bâtiment construit spécialement pour Marie Curie entre 1911 et 1914. Musée d'histoire des sciences, il est constitué d'un espace d'exposition permanente qui propose une restitution de l'histoire de la radioactivité et ses applications, notamment en médecine. La vie et les travaux de Pierre et Marie Curie, d'Irène et Frédéric Joliot-Curie, tiennent une place centrale. Le visiteur découvre quelques uns des appareils utilisés jusque dans les années 1930. Le bureau de Marie Curie et son laboratoire personnel ont été reconstitués à l'identique. Le musée détient les archives de Marie Curie, d'Irène et Frédéric Joliot-Curie, ainsi que celles du laboratoire Pasteur et de la Fondation Curie. Il conserve également, entre autres, des journaux anciens, des photographies, des documents audiovisuels et des objets personnels.

Musée Curie. 1 rue Pierre et Marie Curie, 75005 Paris.

01.56.24.55.33 (réservations et renseignements)

www.curie.fr

 

 

 

 

Commenter cet article

alex 15/09/2013 19:18

hrtjhtfh

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 08/11/2011 13:13



Blog(fermaton.over-blog.com),No-19, THÉORÈME DE CURIE.


Marie Curie: MARTYRE DE LA SCIENCE?