Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

mouilleron-

Mouilleron-en-Pareds est un village aux frontières de la plaine et du bocage, trait d'union granitique de la dualité géographique et de l'histoire du département de Vendée. Catholiques et protestants, républicains et royalistes, Vendée blanche et Vendée bleue, ont vécu et combattu ici. La mémoire du lieu est à l'image du département et de la France déchirée.

Ce village a vu naître deux hommes célèbres de l'Histoire de France. Hommes célèbres, mais également diamétralement opposés. L'un, Georges Clemenceau, dit "Le Tigre", qui assura la direction du pays durant la Première Guerre mondiale. Classé à gauche politiquement, il sut galvaniser le pays jusqu'à la victoire.

L'autre, Jean de Lattre de Tassigny, commandant la 1re Armée Française, qu'il amena du Débarquement de Provence le 15 août 1944, jusqu'au repaire d'Adolf Hitler à Berchestgaden. Il fut commandant en chef en Indochine où il eut la douleur de perdre son fils Bernard. C'était un monarchiste convaincu. Dans le bourg, face à face, les maisons natales de ces deux célébrités ont été transformées en musées.

Ces deux fils issus des deux traditions de ce département ont rêvé et oeuvré à leur manière à la réconciliation et à l'unité nationale. Naître ici y était peut-être pour quelque chose.

poilusLe vieux président et le jeune capitaine se sont rencontrés pour la première fois sur la place de Mouilleron-en-Pareds, le 9 octobre 1921, jour de l'inauguration du monument aux morts.

Ce jour là, Jean de Lattre  -blessé à cinq reprises et huit fois cité lors du conflit-  offre un bouquet au "Père la Victoire". Roger de Lattre, le maire du village, invite Clemenceau dans la maison de famille située à l'angle de la rue du Temple et de la rue Plante Choux.

Ce même jour, Clemenceau est solennellement reçu au village: la Grande Guerre était passée en estompant les antagonismes. Georges Clemenceau prononçe deux courtes allocutions improvisées, l'une face au monuments aux morts érigé sur la place, la seconde à la mairie.

Elles sont de véritables appels à l'union de tous les Français: << Nous avons des motifs supérieurs de nous aimer et de nous unir... Il n'y a rien de supérieur au sentiment de fraternité nationale de tous les Français >>.

Créé en 1959, le musée-mémorial (1) établit un parallèle entre les deux hommes célèbres en rapprochant leurs points communs: leur lieu de naissance, leur rôle dans les deux guerres mondiales, le fait qu'ils aient signé au nom de la France lors des "deux victoires" mettant fin aux deux conflits mondiaux.

vitrineLes extraits des discours de Clemenceau et de De Lattre, diffusés lors de la visite du musée, permettent de mieux comprendre ce mémorial qui est devenu en cinquante ans l'un des lieux symboliques et actifs de l'unité nationale.

Par ailleurs, géré par "l'Institut Vendéen Clemenceau-De Lattre", le centre de documentation est une bibliothèque et une médiathèque de consultation à la disposition du public. Le centre est interessé par tous documents concernant la période de 1840 à 1952, Clemenceau-De Lattre.

La maison natale du maréchal de Lattre de Tassigny est ouverte au public depuis 1975.

Au milieu du bourg de Mouilleron-en-Pareds, la maison de famille et son jardin constituent un bel exemple de maison de notable vendéen du XIXe siècle.

Jean de Lattre passa sa prime enfance dans cette solide bâtisse qui n'a guère changé depuis 1889.

Au fil de la visite, des objets et des documents témoignent de sa brillante carrière militaire, de Saint-Cyr à l'Indochine.

 

Les Chemins de la Mémoire / n° 114 / 02-02

 

(1) Page réalisée avec le concours de Jacques Perot, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national des "deux victoires", et de son équipe.

 

Musée National des "Deux Victoires" Clemenceau-De Lattre

1 rue Plante Choux

85390 MOUILLERON-EN-PAREDS

Tél. 02.51.00.31.49

Courriel: musee-2victoires@culture.gouv.fr

Site internet: www.musee-deux-victoires.fr

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article