Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

Le Prix 2009 Erwan Bergot* a récompensé le général de corps d'armée (2S) Dominique de La Motte, pour son ouvrage "De l'autre côté de l'eau", publié aux éditions Tallandier. Dominique de La Motte, général en retraite, a écrit pour ses petits-enfants le témoignage d'une période particulièrement intense de sa carrière militaire, alors qu'il était lieutenant en Indochine. Initialement destinée à son cercle familial, cette histoire peu banale a séduit un éditeur, Tallandier. De l'autre côté de l'eau, au style juste et attachant, a conquis le jury du Prix Erwan Bergot. Dans un récit simple et authentique, l'auteur restitue en effet avec beaucoup de finesse et d'humour, les responsabilités immenses d'un jeune officier de 26 ans immergé dans la guerre, loin de la métropole, à la tête de soldats Indochinois. L'art du commandement y apparaît sans fard, avec tout ce qu'il comporte de difficultés, de questionnement personnel, mais aussi de grandeurs et de satisfactions.

L'histoire est aussi courte qu'une vie. Un homme se penche sur son passé. Il a vingt ans, il fait sa guerre. Pour ses supplétifs indigènes aux confins de la Plaine des Joncs, il est roi. Sa mission: créer une zone interdite pour le Viêt-minh. Un jour, il traverse le fleuve, et il tue. Entre remords et nostalgie, un témoignage intemporel sur la liberté et le plaisir de la guerre, écrit à la pointe de la lame.

Surplombée de trop haut pour la grande tragédie de Dien Bien Phu, recouverte ensuite par le conflit algérien, la guerre d'Indochine est une guerre oubliée. Par la force de son récit, Dominique de La Motte nous la jette au visage.

En décembre 1950, de Lattre atterrit au Vietnam avec pour mission de restaurer sur place une situation militaire très dégradée au Nord (depuis l'année 1949 et grâce à l'aide massive de la Chine désormais communiste, le Viêt-minh a infligé au Tonkin de lourdes pertes au Corps Expéditionnaire Français). Au Sud en revanche, en Cochinchine, la situation est bien plus favorable, au point que la pacification y paraît en bonne voie. C'est là que de Lattre, lors de l'une de ses visites sur le terrain, prescrit la mise sur pied de deux commandos de partisans.

Le lieutenant de La Motte est l'un des deux volontaires. Le 23 février 1951, il prend la direction du commando 12, à Can Khoi. Il le quittera le 6 juin 1952. Can Khoi est adossé à une plantation d'hévéas de 700 hectares disposant de ses propres partisans, et dont le directeur finance le logement et les travaux de protection du poste français.

Le commando compte 130 hommes, Anamites de Cochinchine et surtout Khmers de la Plaine des Joncs ou du Cambodge. Avec eux, le jeune lieutenant de 26 ans est roi de guerre. C'est lui qui trace la ligne entre le licite et l'illicite, car toute autorité émane de sa personne. Il préside aux mariages, arbitre les conflits, assiste aux fêtes, décide des uniformes et dessine même l'insigne de son unité.

Avec ses partisans, il mène la "guerre des postes", caractéristique du conflit indochinois. Une guerre faite de longues patrouilles sans cesse recommencées, de jour comme de nuit, d'embuscades généralement manquées, de villages brûlés, de contrôles des populations, de recherche du renseignement, de saisies de butin aussi.

Cette guerre, le lieutenant l'instille dans un espace dont la base ne compte qu'une trentaine de kilomètres, mais qui vers le nord est sans limite: après la zone interdite, se présente un affluent de la rivière de Saïgon, le rach de Tay Ninh; voici l'eau, l'eau enfin traversée pour un jour atteindre l'ennemi. Pour tuer un autre roi de guerre.

Général de cavalerie à la retraite, Dominique Gourlez de La Motte est Saint-Cyrien (promotion 1945-1947).

LVDC N° 1748 / 10-2009

* Le "Prix littéraire de l'Armée de Terre Erwan Bergot", récompense un ouvrage contemporain de littérature française qui témoigne d'un engagement actif, d'une véritable culture de l'audace au service de la collectivité. En distinguant un livre grand public, le "Prix littéraire de l'Armée de Terre Erwan Bergot" affirme ainsi la reconnaissance d'un état d'esprit commun à la société et à l'armée de Terre: solidarité, dévouement, dépassement de soi, courage et adaptation.

Commenter cet article

doctoral dissertation 16/10/2009 13:47


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!
______________________

doctoral dissertation