Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François Gervais

555 1073 image dsc 0043

<< Il n'y aura pas de paix sur cette planète tant que les droits de l'homme seront violés en quelque partie du monde que ce soit >>. Ainsi s'exprime René Cassin, grand juriste français et l'un des pères de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Nul mieux que lui n'a compris que les droits de l'homme et la paix étaient indissolublement liés.

 

cassin3Appartenant à une vieille famille de tradition juive, René Samuel Cassin voit le jour le 5 octobre 1887 à Bayonne. Après de brillantes études au lycée Masséna de Nice, il entre à la faculté de droit d'Aix-en-Provence. Licencié ès-Lettres, premier prix au concours général des facultés de droit, il devient docteur es-Sciences juridiques, économiques et politiques et obtiendra son agrégation en droit privé en 1919.

 

René Cassin est mobilisé en 1914 comme caporal chef. Un tir de mitrailleuse le blesse grièvement le 12 octobre de la même année à Saint-Mihiel. Il reçoit la Croix de Guerre avec palme et la Médaille Militaire.

 

Réformé, il enseigne à la faculté d'Aix-en-Provence, puis à celle de Marseille, Lille et Paris. Par solidarité avec ses anciens camarades de combat, il participe dès 1917 à la création de l'une des toutes premières associations de victimes de guerre. En 1929, il devient vice-président du conseil supérieur des pupilles de la nation. Jusqu'en 1940, il consacre une partie de ses activités aux anciens combattants et fera voter plusieurs lois en faveur des victimes de guerre.

 

Militant de la paix, René Cassin veut << effacer toute frontière entre les hommes, reconnaissant à chacun d'entre eux les mêmes droits inséparables à la dignité d'être >>. En 1924, il fait partie de la délégation française à la Société des Nations. Après les accords de Munich, qu'il dénonce, il refusera de siéger à Genève. Dès le début des années 1930, averti des dangers du nazisme par des juifs allemands rencontrés lors d'un voyage en Palestine, il avait pressenti un nouveau conflit en Europe.

 

Prix Nobel de la Paix pour ce défenseur des droits de l'homme.

 

En juin 1940, il refuse l'idée d'un armistice, rejoint l'Angleterre et se présente le 29 juin au général de Gaulle. Ce dernier lui confie la mission de négocier l'accord du 7 août 1940 avec les Britanniques, accord qui fait de De Gaulle un allié à part entière, et donne un statut à la France Libre qu'il dote ensuite de structures juridiques et administratives, propres à assurer la continuité de l'Etat et de la République.

 

En 1943, à la demande du général de Gaulle, il prend la direction de l'Alliance israélite universelle qu'il dirigera jusqu'à sa mort. Secrétaire permanent du Conseil de défense de l'Empire Français, président du comité juridique de la France Combattante puis du Gouvernement provisoire de la République Française (1941-1944), il est nommé, en 1944, vice-président du Conseil d'Etat, fonction qu'il exercera jusqu'en 1960.

 

555 1074 image pantheon cassin3Délégué de la France à l'O.N.U., René Cassin a fait partie, dès 1946, du petit groupe de spécialistes chargés de rédiger la Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée à Paris le 10 décembre 1948 par l'assemblée générale des Nations-Unies.

 

Aux côtés de la présidente de la commission, Eleanor Roosevelt, épouse de l'ancien président des Etats-Unis, il y joue un rôle majeur; il obtient que la Déclaration soit << universelle >> et non << internationale >>, faisant admettre que les droits économiques, sociaux et culturels soient désormais considérés comme des droits fondamentaux.

 

En janvier 1959, il est choisi par l'assemblée consultative du Conseil de l'Europe pour siéger comme juge à la Cour européenne des droits de l'homme, qu'il présidera de 1965 à 1968. Il reçoit le prix Nobel de la Paix en octobre 1968; le montant de la récompense lui permet de créer; en 1969, l'Institut international des droits de l'homme.

 

René Cassin participe par ailleurs activement à la vie institutionnelle de la France. Il préside, en 1958, le comité chargé de préparer la Constitution de la Ve République et reçoit, en 1959, en tant que vice-président du Conseil d'Etat, le serment du nouveau président de la République, le général de Gaulle. Il joue également un rôle essentiel dans la création du Conseil Constitutionnel dont il est membre de 1960 à 1971.

 

Grand Croix de la Légion d'Honneur, Compagnon de la Libération, médaillé de la Résistance, Commandeur des Palmes Académiques, René Cassin décède le 20 février 1976 à Paris. Le 5 octobre 1987, à l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, son corps est transféré au Panthéon.

 

Les Chemins de la Mémoire n° 188 / 11-08

 

 

Commenter cet article